Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Revivre avec la Fondation de la 2ème Chance

Revivre avec la Fondation de la 2ème Chance
Christian a été lauréat de la Fondation de la 2ème Chance en 2008 pour son projet de formation au Brevet Professionnel d'Élevage Équin.


"J’ai connu la Fondation de la 2ème Chance en 2007 par l’intermédiaire d’une association parisienne qui m’aidait dans mes démarches de « réinsertion » sociale. J’avais besoin d’une sérieuse aide pour financer un projet car, à l’époque, je rencontrais de grosses difficultés personnelles et, ce projet salvateur, j’y tenais comme à la prunelle de mes yeux.

Depuis des mois j’y travaillais et j’avais effectué un peu plus tôt plusieurs jours de stage (une évaluation en milieu de travail) chez un entraîneur et éleveur de trotteurs pour évaluer mes motivations et mes capacités à travailler dans ce domaine bien particulier : les chevaux de courses !

Je demandais donc à la Fondation de la 2ème Chance une bourse d’étude afin de suivre une formation pour adultes sur l’élevage des chevaux, à l’école des courses hippiques (AFASEC) de Mont-de-Marsan.

Et un jour vous m’avez contacté. La Fondation venait à moi. On me dit que j’allais être accompagné par un parrain. Et je vous ai rencontrés. Vous, mes parrains, vous car vous étiez deux personnes pour moi tout seul. Quel réconfort. Et puis ma marraine ne me lâcha plus. Elle m’encourageait constamment, comme une maman. Vous avez porté mon projet à bout de bras avec moi. Vous m’avez aidé à réaliser mon projet, vous m’avez soutenu tous ces mois pendant lesquels j’étais au centre de formation. Car j’ai douté, un jour je voulais arrêter tout, abandonner mon projet.

Ma marraine me téléphonait pour me motiver chaque jour pendant cette période de grand doute. Finalement je réussis toutes les U.C (unités capitalisables). Nous avions gagné ! Comme j’étais heureux et fier de moi. Et puis, je suis rentré à Paris, on continuait à se voir, vous étiez toujours, encore près de moi.

Peu de temps après, j’ai eu la chance de faire un remplacement  à la rédaction du journal Paris-Turf comme journaliste stagiaire. Ensuite, ne trouvant pas un autre poste dans le milieu des courses hippiques, les offres restant très difficiles à trouver à moins d’avoir un réseau important dans le milieu des courses,  j’ai travaillé trois ans au secrétariat d’un lycée parisien.

Je travaille désormais à la médiathèque des Cours Municipaux d’Adultes de la ville de Paris où je m’occupe de l’accueil du public et de la gestion du fonds documentaire.

Par ailleurs, j’ai un projet de site internet lié aux courses de chevaux qui me tient à cœur. J’ai travaillé de nombreuses heures sur le concept, mais ne possédant pas les capacités techniques afin de le réaliser, ce projet ne peut  pas voir le jour pour l’instant.

Je voudrais remercier la Fondation pour son soutien et sa contribution au projet que j'ai pu réaliser. Je tenais à remercier particulièrement mon parrain et ma marraine pour leur investissement personnel, car ils m'ont vraiment encouragé.

Mon projet a pu voir le jour, j'ai obtenu le diplôme sur l'élevage équin. La vie a fait que je me suis éloigné des chevaux et que je travaille dans un autre domaine, mais j'ai de nouveaux projets en tête. J'espère qu'ils verront le jour, car la boucle serait ainsi bouclée.

Si cela ne marche pas, ce n'est pas grave car vous m'avez redonné l'envie... d'avoir envie. Vous m’avez en quelque sorte sauvé la vie. Je ne vous l’ai jamais dit en ces termes. Je ne vous ai pas donné de nouvelles depuis plusieurs années, mais je ne vous oublierai jamais.

Merci à vous, les membres de la Fondation de la 2ème Chance. Merci à la Fondation d’exister.

Epilogue

J’ai rencontré une jeune femme merveilleuse avec laquelle je me suis marié au mois de juin 2014, le 21 exactement, le premier jour de l’été. Ce jour-là, il faisait un temps magnifique et je  réalisais là le plus beau des projets. Je dirais que je suis un homme heureux."

                                          Christian

, , , , , ,